Magnolia Pictures | Release Date: August 31, 2007
5.9
USER SCORE
Mixed or average reviews based on 7 Ratings
USER RATING DISTRIBUTION
Positive:
3
Mixed:
2
Negative:
2
Watch Now
Stream On
Stream On
Review this movie
VOTE NOW
0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10
Check box if your review contains spoilers 0 characters (5000 max)
1
AndreP.Jan 4, 2008
Couldn't sit through it, don't know how the critics did.
0 of 0 users found this helpful
6
SabrinaM.Jul 10, 2008
This picture does boast great acting, impeccable fashion sense and a taste for cinematic aesthetics, but the plot is unfortunately quite weak. Anthony Wong may have been effective in his portrayal and delivery of the "hangdog" uneasiness This picture does boast great acting, impeccable fashion sense and a taste for cinematic aesthetics, but the plot is unfortunately quite weak. Anthony Wong may have been effective in his portrayal and delivery of the "hangdog" uneasiness that characterizes the person split between loyalty to a brother and inevitable duty to perform a killing for his boss, but in general the brotherhood trail lacks a strong, coherent backbone. The exile into the sand dunes is symbolic of the film's title but sheds little contemplation on the tragedy of Wo's death, or the gangsters' inner turmoil. Expand
0 of 0 users found this helpful
10
JohnM.Sep 4, 2007
This film is a masterpiece from one of film's true living masters, maddeningly following up his near-perfect Election dulogy with a near-perfect genre-blender. By the way, Metacritic has as their picture a still from Bong Joon-Ho's This film is a masterpiece from one of film's true living masters, maddeningly following up his near-perfect Election dulogy with a near-perfect genre-blender. By the way, Metacritic has as their picture a still from Bong Joon-Ho's excellent THE HOST, not EXILED. Expand
0 of 0 users found this helpful
2
BroyaxAug 29, 2017
Johnnie To est un réalisateur en dents de scie et manque de pot, avec Exilé, on est dans le creux de la vague. On est tellement bas en fait qu'on touche presque le fond et qu'on se demande quand ça va remonter !

Monsieur To fait donc des
Johnnie To est un réalisateur en dents de scie et manque de pot, avec Exilé, on est dans le creux de la vague. On est tellement bas en fait qu'on touche presque le fond et qu'on se demande quand ça va remonter !

Monsieur To fait donc des manières avec son polar maniéré et emprunté, ses lenteurs et ses tics ; avec ses acteurs préférés également (Lam Suet et Anthony Wong... et Simon Yam entre autres !) auxquels il demande de prendre la pose comme si le film se mettait en pause : il paraît que c'est un hommage à... Sergio Leone ?!...

Autant dire que ça ne fonctionne pas ici (alors que ça fonctionne ailleurs, dans "Vengeance" par exemple) parce que le scénario s'est surtout barré en vacances et que tout le film semble improvisé au jour le jour tandis que régulièrement l'un des tueurs de service demande à ses amis : "on va où ?"...

Effectivement, on va "où" dans ce film, on se le demande et on a le temps de se le demander : Exilé se traîne comme une tortue et toutes ses scènes d'action sont ridicules en plus d'être ratées et confuses : un désastre. Le "sang" est en images de synthèse à deux balles, nos tueurs vident leurs chargeurs à bout portant mais se ratent et lorsqu'ils sont touchés, ils se font rafistoler en un rien de temps par le rebouteux du coin.

On aura beau mettre tout ça sur une grosse dose de second degré, faudrait pas nous prendre pour des canards sauvages non plus... Exilé est terriblement bâclé, du début à la fin.
Expand
0 of 0 users found this helpful00
All this user's reviews